Çà n’a l’air de rien, mais c’est révélateur d’une méconnaissance par l’administration parisienne des contraintes qui s’exercent sur les 4/5 des français qui vivent en province.

  • Paris est sous la neige ?
    Toute la France grelotte !
  • Les services publics désertent les zones rurales ?
    Paris regarde le nombril de son zouave…

Et là est le fait grave : l’éloignement des services publics (les services que l’État, C’EST À DIRE LES CITOYENS, se doit à lui même : police, JUSTICE, institutions de retraite, de santé…), cet éloignement est concomitant avec une réduction des dotations que l’État (j’hésite là à mettre une majuscule), que l’État versait aux communes, justement pour pallier son retrait ou son incompétence en certains domaines.

Effet de ciseaux social, après l’effet de ciseaux fiscal, augmentant la CSG (diminuant les revenus nets), mais augmentant le coût de biens et services de base ( électricité, carburants…), sans pour autant offrir une quelconque compensation.

Qui parmi nous a essayé de « descendre » sur la côte avec les transports publics ? même pas en rêve. Et ce n’est qu’un exemple !

Après l’état de grâce de jupiter, on en est à la descente…vers quel enfer ?

Celui des justiciables, et de ceux qui réclament justice, et qui dorénavant devront aller jusqu’à Toulon (1h1/2 de trajet…) pour entendre dire qu’il « manque une pièce »…?

Celui de Draguignan qui, après avoir perdu son statut de préfecture (qui s’en souvient ?), sur un coup de gueule d’un certain Pasqua (référence morale, comme chacun sait !), va maintenant perdre une partie des fonctionnaires qui travaillaient pour la justice ?

Celui du var est, oublié parmi les oubliés de province ?

 

Publicités