(Cet article est élaboré en collaboration avec Pierre Ratcliffe.)

La communauté de communes du pays de Fayence a pris comme première de ses compétences optionnelles (lien Statuts), la création d’un refuge animal au titre de la protection de l’environnement – « création et fonctionnement d’un chenil fourrière intercommunal ».  Cette création commence par le choix d’un site adéquat sur le territoire des 9 communes.

Le sujet a été abordé pour la première fois en public lors de la rencontre « Force et Confiance » qui s’est déroulée le 8 mars 2018.

 

Les obstacles sont nombreux; en premier lieu, la difficulté de trouver un site qui réponde aux contraintes: législatives, d’hygiène, de proximité et  de viabilité (lien)…, et aussi de ne pas se heurter au refus frontal d’habitants opposés à l’installation d’une source de bruits et de nuisances près de chez eux! Alors quoi, où et comment? Un projet, un site, et un fonctionnement.

Un groupe de travail s’est constitué avec  quatre type de personnes, de compétences parfaitement complémentaires:   Ils élaborent un projet et recherchent un site qui réponde aux critères évoqués ci-dessus :

  • vétérinaires
  • associatifs compétents dans la protection des animaux
  • professionnels de l’hygiène animale
  • professionnels et associatifs de la gestion de refuges &/ou de fourrières  animales
  • professionnels et élus (dont moi même), plus compétents dans le domaine des règlements, PLU, SCOT,

Parmi différentes possibilités sur le territoire, il y a le site de Fonsante, un terrain de superficie  1250 hectares qui appartient à la commune de Callian, mais qui est situé sur le territoire de la commune de Tanneron. C’est une vieille histoire qui remonte à la création de Tanneron en 1835 par détachement de Callian (lien histoire de Tanneron). A l’époque Callian était la commune la plus importante et s’étendait sur Montauroux et Tanneron actuels, jusqu’à Mandelieu. Les Callianais d’alors exploitaient le bois, la houille (ancienne mine des Vaux avant le pont des Charretiers), et déjà du spath fluor pour les verriers et les céramistes. Ils avaient obtenu de garder cette ressource d’activité économique.

L’activité minière de production  de spath fluor pour les verriers  et les céramistes s’était développée au cours de la 2è partie du 19è siècle, à l’échelle artisanale puis mini industrielle lorsque le minerai a commencé d’être exporté aux États-Unis pour la production d’acier en Pennsylvanie (Pittsburgh).  Après la 2è guerre mondiale, au cours des « trente glorieuses », la mine est passée à l’ère de production moderne avec creusement d’un puits profond (jusqu’à la côte 50) et l’emploi de méthodes d’abattage par chambres magasin  et remblayage. Cette période a duré 20 ans de 1967 à 1987 date de fermeture de la mine, en raison de l’épuisement de la ressource, des coûts d’exploitation  et de la concurrence d’autres ressources. Voir ici l’histoire de la mine .

Depuis 1987, plusieurs tentatives ont eu lieu pour utiliser le site à d’autres usages industriels, liés au traitement des déchets. Après la fin de l’exploitation minière, le site fut envisagé pour la construction d’une usine d’incinération d’ordures ménagères qui devait être construite par la société Sud-Est assainissement, devenue filiale de Veolia Environnement ex Compagnie Générale des Eaux. Ce projet ne fut pas réalisé en raison de l’opposition de divers acteurs, dont les mouvements écologistes. Mais Sud-Est Assainissement est toujours locataire de l’ensemble du terrain.

En 2017 Callian a lancé un appel à projets pour un site de traitement multi-filières. C’est Suez environnement qui a été choisi comme le gagnant. Suez a présenté un projet fin 2017 que voici.

Certes, ce projet présente un certain nombre d’inconvénients…

Pour autant, les atouts sont évidents :

  • proximité des accès
  • viabilisation probable
  • pas d’habitation proches si on se place au nord, ou au vallon des Charretiers
  • 90 ha seulement seront retenus par Suez
  • d’autres projets écologiquement intéressants pourraient s’implanter

Le plan d’ensemble du projet sur 90 hectares

Voici par exemple à quoi ressemble le site de Fonsante, déjà visité par nos soins!bc1934b2d7ea980eae6b120a09d06b9f.jpg

Ceci est un avant projet élaboré par Suez, retenu pour l’aménagement du site.

Mais une douzaine d’autres sites sur le Pays de Fayence ont retenu notre attention, quoique tous présentent un inconvénient ou un autre. (PPRIF, accès, viabilisation, volonté ou intérêt du maire concerné, etc..

Nous en reparlerons.

 

Publicités