Contribution Listes Non Majoritaires
5 ans déjà …

5 ans de pressions financières, de participation à l’effort de rigueur, une réforme territoriale et fiscale, des coupes sévères dans les aides de l’état ! Nos collectivités territoriales sont plus que jamais sur la sellette avec entre autres des impacts sur les finances de notre commune.
5 ans que nous émettons des réserves, exprimées plusieurs fois en conseil municipal. Réserves assorties de propositions, portant non sur les projets en eux-mêmes, mais sur la façon de les aborder ainsi que sur leurs coûts et sur l’aspect aléatoire des subventions sollicitées.
Un élan nouveau dans un an pour ce village, ne pourra venir que de cette volonté de ne pas subir cette politique mais d’en imaginer une différente.
D’après le projet municipal, il était question :
 De la réfection du patrimoine communal dans un but locatif et pour y loger les services !
 D’optimiser l’éclairage public !
 La loi Nôtre, qui aurait dû mutualiser les services et les emplois afférents, sur l’ensemble des 9 communes, multiplie par trois les employés de la CdC du pays de Fayence ! Quel bilan ? où sont les économies réalisées ?
 Que dire de notre député qui ne risque pas le « burn out » ! Absent depuis 5 ans de notre commune, sait-il que nous sommes n°3 de sa circonscription ? Et pourquoi ne l’avons-nous pas vu au grand débat à Montauroux le 28 février ? Nous le reverrons probablement sur les marchés à serrer des mains au moment des élections !
30 ans que nous attendons le rondpoint de Fondurane ! Une issue favorable pointe à l’horizon d’octobre 2019 date à laquelle devraient commencer les travaux du giratoire. Ce sont de longues négociations (parfois empruntes de menaces et d’intimidation) auxquelles les propriétaires riverains ont été confrontés. Dans l’intérêt de tous, une entente amiable a permis malgré tout, l’aboutissement de cette future réalisation.
Un mot sur le PPRIF (Plan de Prévention des Risques Naturel Incendie et Forêt). Le PPRIF a pour but de prendre en compte les risques feux de forêt dans le développement urbain de la commune. Le PPRIF prescrit les mesures de prévention à mettre en œuvre tant par les propriétaires que par les collectivités publiques. Ces mesures concernent les biens existants mais aussi les constructions nouvelles.
 Le débroussaillement autour des constructions et le traitement des réserves de combustibles.
 L’amélioration des voiries permettant aux secours comme aux usagers de circuler sans difficultés
 L’amélioration de la défense extérieure contre l’incendie via des hydrants aux normes
 La mise en œuvre de règles de construction adaptées.

 Une action en faveur de l’écologie, or jusqu’ici nous n’avons eu droit qu’à des paroles…
Sur beaucoup de points la commune ne prend pas ses responsabilités, ne montre pas l’exemple et ne fait pas respecter les obligations des propriétaires : nettoyage, élagage, réparations des voies de circulation, débroussaillement des chemins et autour des habitations pour les parties privées. Même s’il existe une centralisation départementale sur cette thématique, les communes conservent une part de responsabilité. En aucun cas un Maire peut obliger un particulier à faire poser une borne incendie à ses frais sur la voie publique en bordure de sa propriété sous prétexte qu’il est proche d’une forêt !
O T I (Office de Tourisme Intercommunal). Notre directrice Aurélie VASSEUR a démissionné pour des raisons personnelles et d’ordre familial de son poste à l’O T I. Nous lui rendons l’hommage qu’elle mérite pour avoir œuvré à la mise en place de cette institution, pour avoir avec toute son équipe performante, mis en place l’ouverture et la gestion de la Maison du Lac. Les chiffres de fréquentation de ce lieu ainsi que les évènements qui s’y rapportent, prouvent qu’il y avait un besoin touristique immense de créer cette structure au bord du Lac de st Cassien pour la promotion de notre territoire et des 9 villages qui le composent. Merci Aurélie pour tout ce travail accompli.
Deux regrets cependant:
1/ Les dérives quant aux dépenses et travaux réalisés ainsi que les dépenses de fonctionnement

2 / l’absence de concertation au moment de l’elaboration des budgets; là où le Maire aurait pu et dû exercer son pouvoir d’arbitrer entre des lignes budgétaires, il a seulement acquiescé à la rigueur budgétaire jupitérienne !

« L’avenir n’appartient à personne. Il n’y a pas de précurseurs, il n’existe que des retardataires. »» Jean COCTEAU

Publicités