PAS ENCOURAGEANT TOUT CA !!!

La loi de ¨ moralisation de la vie publique ¨ a été votée récemment par des députés jeunes, nouveaux, et…pas encore corrompus (disent-ils).
Et pourtant : Voilà cela continue de plus belle !!!

Quant à la loi en débat actuellement, qui placerait en son article 2 certains citoyens sous un diktat administratif, on se demande bien à quoi va servir maintenant la Justice…

Et on peut aussi se demander ce qu’il adviendra si un gouvernement autrement autoritaire était amené à remplacer le présent exécutif à bout de souffle …

Les trois associations qui composent Territoires unis (AMF, ADF et Régions de France) se sont exprimées début Février, au Sénat, à l’occasion de leurs vœux, par la voix de leurs présidents François Baroin, Dominique Bussereau et Hervé Morin. L’occasion pour eux de réitérer leur demande de l’organisation d’une « conférence territoriale et sociale » après le Grand débat national, de rappeler la nécessité d’une réforme de la fiscalité locale, et de demander – ce qui est nouveau – la fin du dispositif de contractualisation financière et non plus une simple clause de revoyure au printemps.

C’est -enfin- le retour des maires dans le débat; souhaitons que ce soit aussi celui de tous les corps intermédiaires si souvent décriés et oubliés ces dernières années !

La réforme des finances locales – dont le gouvernement a récemment laissé entendre qu’elle n’interviendra pas, comme prévu, au printemps, mais plutôt en fin d’année: Dominique Bussereau a également appelé à en finir avec « cette règle stupide du 1,2 % », c’est-à-dire l’exigence du gouvernement de limiter à 1,2 % par an la hausse des dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales. Il a d’ailleurs noté que le montant de 10 milliards d’euros « lâché par le gouvernement pour éteindre les incendies » n’était pas très éloigné des 13 milliards d’euros d’effort demandé aux collectivités

« Nous avons ressenti la même chose que nos compatriotes – la verticalité et la concentration du pouvoir. » Estimant que certaines des institutions de la Ve République sont « à bout de souffle »

Le président de l’AMF, a rappelé tous les points de friction entre le gouvernement et les élus en 18 mois. L’effort financier demandé aux collectivités passé de 10 à 13 milliards d’euros, la baisse des APL, la suppression brutale des emplois aidés (« Qui a reçu dans ses bureaux la douleur des gens ? Ce sont les maires »), la contractualisation à marche forcée …

« Nous demandons l’arrêt des mesures brutales, nous voulons de la considération.  » disent ils. Il a aussi demandé que le débat soit « rouvert » sur tous les sujets qui fâchent :

le Grand débat national – lors duquel il a répété que les maires seraient « facilitateurs mais pas animateurs » – était « une grande chance », à condition que « l’État dise tout de suite quel est l’objectif et quelle forme prendront les conclusions de ce débat ». À l’unisson avec ses deux collègues – et avec le président du Sénat – François Baroin a appelé à une « révolution culturelle », consistant à ce que « l’État accepte enfin le principe même de la décentralisation ».


Mais il y a d’autres sujets qui fâchent :

Par exemple l’EXONERATION DE CSG POUR LES PARLEMENTAIRES
Trop c’est trop, comment faire confiance aux élus de tous bords…! la marmite finira par exploser…
Les députés dans l’indifférence générale ont voté l’exonération de la CSG sur leurs frais de mandat parlementaire. Et ce dans le cadre de la loi de moralisation de la vie publique. On marche sur la tête, on demande aux retraités de faire des efforts, des millions de seniors vont voir leur contribution sociale augmenter et en plein été dans la nuit, les députés se votent une exonération d’impôt. Franchement, on se moque du monde !
Ça suffit, on ne peut demander toujours et encore des efforts aux retraités et les législateurs se votent en catimini une suppression de CSG pour eux-mêmes !
Ce sont toujours les mêmes (nous, les citoyens -payeurs) qui trinquent, c’est inacceptable, maladroit, honteux !

Les députés sont-ils bien moins lotis que des milliers de retraités qui n’ont que 1200€ de pension mensuelle ?
Il faut savoir que les députés ont 7209,64€ d’indemnité mensuelle, 5840€ d’indemnités représentatives et 9618€ de crédit pour rémunérer leurs collaborateurs. En parallèle, la retraite moyenne est de 1376€ brut et 560 000 retraités touchent le minimum vieillesse…
Pour rappel, les députés se votent une baisse d’environ 430€ de CSG et les retraités ont failli voir leur CSG augmenter de près de 300€. Deux poids deux mesures…

Et pour terminer sur une note locale, profitez en pour jeter un œil sur l’activité (?) de notre député Monsieur MATRAS …Vous serez édifié !

C’est cela le nouveau monde ? Dans tous les cas c’est scandaleux…
mais peut-être vous n’en avez rien a faire …alors ne faites pas.

Publicités