…des chiffres et des échanges ! Mais quels échanges ! On frise le lamentable !

Si les chiffres de l’excédent budgétaire volent haut (beaucoup trop !), l’attitude de certains élus vole bas !

Notre rôle en toute démocratie est « quand même«  (locution péjorative parait il !) , quand même de discuter des points mis en délibération, d’en demander des explications, alors même et peut être surtout quand ils ont été discutés en commission : la transparence ne faisant pas partie des habitudes de l’équipe du Maire, il semble que rien ne soit expliqué à ses élus; alors à nous de demander des éclaircissements en Conseil, au nom de tous les citoyens qui doivent savoir…

Leur réaction ? Elle est sur le fond, oui, de la part de certains élus que nous saluons au passage. Comme l’adjointe aux finances, ou à l’urbanisme, voire les réseaux : des explications sont données, en toute cordialité. Ainsi les élus comme les citoyens sont informés.

Mais de la part de d’autres élus, la réaction , à l’instar de leur patron, n’est que de répondre sur la forme (la locution utilisée, notre « attitude », étant qualifiées de « critiques » (est ce toujours péjoratif ?), de « négatives », pour ne pas dire d’insultantes !

Ces élus « godillots » ignorent le fonds, le problème qui est évoqué, les éclaircissements qui sont demandés…Les citoyens qui assistent aux débats en ont jugé différemment maintes fois ! Bref, vos élus d’opposition ne sont que des « empêcheurs-de-municipaler-en-rond ». Notre attitude ne pourra que tenir compte de ce refus de dialogue constructif.

Constatons que notre opposition n’est pas vraiment (pas assez ?) virulente (ce qui nous est reproché parfois) : nous voulons simplement coopérer au mieux être de Montauroux, pour TOUS.

Dans ce conseil, notre position a été claire : réservée pour les chiffres passés (2018), critique, certes, et l’échange a été tellement vif que notre abstention sur le budget prévisionnel 2019 est passée à la trappe !

Bref, une nouvelle fois, un déni de démocratie, un refus de dialogue; une ignorance de ce que pourrait être une coopération entre élus, à laquelle, répétons le, nous n’avons JAMAIS été opposés.

Vivement que la fin de ce mandat arrive : là les montaurousiens jugeront, et décideront.